En Espagne, les vendeurs de rue mobilisés. Notre tour du monde des initiatives citoyennes et solidaires continue. Place à l’Espagne, où les vendeurs à la sauvette se mobilisent et confectionnent des vêtements et masques pour le personnel médical.

Nous sommes couturiers et avons le matériel

« Nous avons réfléchi dès le début de cette crise à la façon de participer au mouvement de solidarité qui s’organise », explique le porte parole du Syndicat des vendeurs de rue, Aziz Fate : « Beaucoup d’entre nous sont couturiers et nous avons le matériel qui nous permet d’aider les hôpitaux en manque de vêtements de protection ».

Les vendeurs de rues à Barcelone (les manteros en espagnol) se sont ainsi dédiés ces derniers jours à la confection de blouses pour l’hôpital de Granollers. Immigrés d’Afrique subsaharienne pour la majorité d’entre eux, ils ont trouvé une réponse solidaire à leur avenir particulièrement incertain, car le confinement imposé par le gouvernement interdit toute activité économique non essentielle.

En plus de répondre à l’urgence des hôpitaux dont les stocks s’épuisent, cette initiative vise également à mettre en lumière la situation sociale des manteros. Pari gagné ! Elle a permis de lancer une collecte pour fournir des produits de première nécessité aux membres de la communauté.

Mais ce ne sont pas les seuls

Les manteros ne sont pas les seuls à manifester leur solidarité avec les travailleurs de la santé. Des personnes réfugiées et sans domicile ont commencé à coudre des masques dans un abri de Barcelone et en avaient fabriqué 1 000 à la fin de la semaine dernière. Des groupes d’artisans de la communauté locale ont collecté des dons pour acheter des sacs poubelles et les coudre en tabliers de fortune pour les travailleurs hospitaliers qui manquent de matériel. En s’improvisant couturiers, ils s’assurent qu’aucun soignant ne se retrouve sans tablier.

Ces actes de solidarité exceptionnels offrent une image positive du vivre ensemble et donnent la priorité au respect des droits que nous ne devons pas oublier une fois le virus passé.

A bientôt pour notre tour du monde des initiatives solidaires !

Maria T.